Declaration: Tigisti Taklu

extrait


Tigisti Taklu-fr

“I’m from Eritrea. My name is Tigisti Taklu. And I came here to holland for not to die, because there is a danger in my country. When I came, I leaved my son with my mother. She can not take care of him, because she is sick. I know, but I can not live there anymore, because I have problems. If I came here, I protect myself and then my son, but in Holland I’m on the street. I even cannot protect myself. How I’m living here, is very sad for me. I have to cry, I miss my son, I cannot help him. How he is, I don’t know. How is his life going, I have no idea. Also my live, I don’t have work, I don’t get to school, I don’t have money, also I don’t have for eating.
How many places are changing, you cannot count. One place, two days, one place, three days. Many, many places, you cannot count. Full of Stress it is for me in Holland. Not just for me, I see all my friends full of stress.
Holland, for women there is respect. They said this, but in Holland, for illegal people it is not working. I don’t understand this. Why does it not work for all women? We have to much troubles in Holland. It is better to die, but me, I don’t want to kill myself. Really, this one is not live.
Women need many things. Every month we have our periods. We need tampons and showers.
Women is different from men. The needs are different. But when you are on the street, how to get this? How to get everything? It is very difficult for us, the streets. We need one room for one person. Normal Life. I want a normal life. Not just for me, but for all my friends.
Where in Holland are women rights? Nowhere. Where is Amnesty in Holland? Nothing.”


 

Je suis de l’Érythrée. Mon nom est Tigisti Taklu. Et je suis venu ici pour la Hollande pour ne pas mourir, parce qu’il y a un danger dans mon pays. Quand je suis arrivé, j’ai laisser mon fils chez ma mère. Elle ne peut pas prendre soin de lui, parce qu’elle est malade. Je sais, mais je ne peux plus vivre là-bas, parce que j’ai des problèmes. Si je suis venu ici, je me protège, puis mon fils, mais en Hollande, je suis dans la rue. Je ne peux même pas me protéger. Comment je vis ici, est très triste pour moi. Je dois pleurer, mon fils me manque, je ne peux pas l’aider. Comment il est, je ne sais pas. Comment sa vie va, je ne sais pas. Aussi ma vie, je ne dispose pas de travail, je ne suis pas à l’école, je n’ai pas d’argent, aussi je n’ai pas a manger.

Combien de fois les endroits changent, vous ne pouvez pas compter. Un lieu, deux jours, une place, trois jours. Beaucoup, beaucoup d’endroits, vous ne pouvez pas compter. Pleine de stress pour moi en Hollande. Pas seulement pour moi, je vois tous mes ami_es pleins de stress.

Hollande, pour les femmes, il y a le respect. Ils dissent ça, mais en Hollande, pour les personnes illégales ça ne fonctionne pas. Je ne comprends pas cela. Pourquoi ça ne fonctionne pas pour toutes les femmes? Nous avons trop de problèmes en Hollande. Il est préférable de mourir, mais moi, je ne veux pas me tuer. Vraiment, ceci n’est pas une vie.

Les Femmes ont besoin de beaucoup de choses. Chaque mois, nous avons nos périodes. Nous avons besoins de tampons et de douches. Les femmes sont différentes des hommes. Les besoins sont différents. Mais quand vous êtes dans la rue, comment obtenir cela? Comment faire pour obtenir tout? C’est vraiment très difficile pour nous dans les rues. Nous avons besoin d’une chambre pour une personne. Vie normale. Je veux une vie normale. Pas seulement pour moi, mais pour tous mes ami_es.

Où en Hollande sont les droits des femmes? Nulle part. Où est Amnesty en Hollande? Rien.

autres traductions: deutsch

Facebooktwittermail